Un des principaux challenges pour toute entreprise ayant une présence digitale va être de surveiller son activité en ligne, tant on parle d’elle régulièrement sur les différents canaux, web et réseaux sociaux. Les mentions s’accumulent et les analyser efficacement devient vite un vrai casse-tête car une veille exhaustive mais surtout pointue serait chronophage et fastidieuse. C’est aujourd’hui un problème d’un autre temps. Les opérateurs booléens avancées vont rendre votre veille aussi précise que vous le souhaitez.

Voici le feeling que vous aurez :

Boolean search is for hardcore media monitors

Ce que les opérateurs booléens peuvent vous apporter :

Les alertes booléennes vous permettront :

  • D’élargir ou de restreindre les résultats de vos alertes selon vos besoins
  • D’utiliser jusqu’à 113 fois plus de termes par alerte
  • De limiter vos alertes aux que vous le souhaitez, peu importe leur nombre
  • De cibler précisément certaines sources
  • De trouver des résultats avec différentes orthographes

Elles conviendront parfaitement aux entreprises dont tout le monde parle tout le temps.

Elles sont aussi parfaites pour les entreprises au nom générique – comme Mention.

Notre nom n’est pas seulement un nom anglais commun, mais il est aussi très souvent utilisé sur les réseaux sociaux. Certains tweetent même notre nom exact (@Mention – n’hésitez pas à nous envoyer un tweet), tellement “@mention” est assimilé à Twitter. 

Heureusement avec les opérateurs booléens, il nous est possible de limiter les résultats pour ne recevoir que les mentions qui comptent pour nous. Par exemple, en utilisant la fonction “near” (traduisez « près de »), notre équipe n’est notifiée que quand “@mention” est utilisé près des mots “veille” ou “app”. En plus, les alertes peuvent contenir jusqu’à 20 000 caractères !

Super ! Mais qu’est-ce que ça signifie ?

Vous vous demandez peut-être, pourquoi les avoir appelées alertes booléennes ? Faisons un peu d’histoire.

George Boole, the inventor of Boolean logic

Ce gentleman anglais, c’est George Bool (1815-1864). Il a été le père de cinq enfants, mais surtout il reste dans l’histoire comme le père de l’age de l’information.

George est l’inventeur de l’algèbre booléen (vous vous souvenez de l’algèbre ?). L’algèbre booléen donc, réduit chaque opération ou calcul à “vrai” ou “faux”. Il est ensuite possible de combiner ces résultats avec les des opérateurs tels que “and”, “or”, et “not” (qui correspondent en anglais respectivement aux mots “et”, “ou” et “pas”).

Si vous convertissez “vrai/faux” en “zéro/un”, vous obtenez du code binaire, qui est le langage de base des machines. C’est ainsi que George Bool est devenu un des fondateurs de la science informatique.

Plutôt malin pour son époque, non ?

Mais assez parlé de George.

 

Comment ça fonctionne ? Les opérateurs booléens pour les nuls

Ces opérateurs “and”, “or” et “not” sont l’unité de base de la recherche Booléenne. Nos alertes simplifiées permettent déjà de cumuler jusqu’à 5 « and », 5 « or » et 5 « not ».

Mais les requêtes booléennes permettent d’utiliser jusqu’à 20 000 caractères. Ce n’est pas techniquement de l’illimité, mais c’est ce qui s’en rapproche le plus.

De plus, bien d’autres opérateurs viennent compléter ces alertes !. Faisons une étude de cas en créant une fausse campagne. Appelons la “Mugs Mention”.

Mention Mugz

(Le mug n’est officiellement pas à vendre, mais on peut toujours s’arranger)

Filtres géographiques

Imaginez que Mugs Mention soit une campagne internationale. Nos alertes peuvent aussi cibler des pays grâce aux filtres géographiques.

Prenons “Mugs Mention” et “FR” par exemple. En utilisant ce filtre, on ne recevra que les alertes concernant les mention de Mugs Mention en France. Bien sûr il est aussi possible d’exclure certains pays du résultat si ceux-ci ne nous intéressent pas (mais qui voudrait exclure la France, enfin :)).

La commande near

Soyons clairs, les Mugs vont faire le buzz. Mais comment identifier les mentions dans lesquelles les gens n’utilisent pas exactement la phrase “Mugs Mention” ? Les alertes near vous montreront aussi les mentions dans lesquelles les deux mots-clés sont proches l’un de l’autre. On peut par exemple surveiller les occurrences des mots “Mention” et “Mugs” dans une même phrase, même s’ils ne sont pas collés.

Par exemple “Tu connais Mention ? Leurs nouveaux Mugs vont révolutionner ton café du matin !”

On pourrait également inclure “mug” “mugz” ou “tasse” dans la recherche, au cas où leur vrai nom soit un échec marketing.

Filtres par URL

Disons maintenant que l’on voudrait se concentrer sur les conversations ayant lieu sur le site Myspace. On y croit, le site va revenir sur le devant de la scène très bientôt, et notre équipe aimerait concentrer ses efforts dessus. On utilisera “Mugs Mention” et “myspace.com”. Plus simple, tu meurs.

Il est même possible de filtrer par sous-domaines, sections reddit, ou même topics de forums.

Alertes plus complexes

Accrochez-vous, là on rentre dans le vif du sujet.

On va là imaginer que l’on souhaite développer toute une gamme de fournitures de bureau. Appelons la “Mention Stuffz”. On retrouverait dans cette gamme nos bien-aimés “Mugs Mention”, mais aussi des “Mention Bookz” et même des “Mention Penz”.

Mention Mugz, Mention Bookz, and Mention Penz

Dans ce cas précis, on créerait bien sûr une alerte “Mention Stuffz”. Mais notre équipe marketing a des besoins très (trop?) spécifiques :

  • Surveiller de près le succès des “Penz” en Allemagne (“Mention Penz” + “DE”)
  • Vérifier que les “Mugz” marchent bien aux États-Unis (“Mention Mugz” + “US”)
  • Voir comment les “Bookz” s’en sortent, partout sauf au Royaume-Uni (“Mention Bookz” – “UK”)

En plus, on peut utiliser la commande near pour chacune de ces demandes ET limiter les résultats à certaines URLs.

Comme vous pouvez le voir, les alertes booléennes sont réservées aux ninjas de la veille !

Boolean search is for media monitoring ninjas

Et c’est dur à utiliser ?

Pour le commun des mortels ? Oui. Mais notre équipe est là pour vous aider à vous lancer. Elle vous aidera à créer vos premières alertes booléennes et à les modifier plus tard au besoin.

Et puis de toute façon, avouez, vous aussi vous êtes un ninja.

Et George dans tout ça ?

Un homme aussi intelligent ne devrait-il pas vivre pour toujours ?

Malheureusement, en 1864, notre bon George a attrapé un petit coup de froid. Sauf qu’à l’époque un petit coup de froid revenait à une condamnation à mort pure et simple. Il faut dire qu’alors la médecine moderne était encore un concept futuriste. On pensait en ce temps que s’exposer deux fois plus à ce qui nous avait rendu malade pouvait nous guérir. Mary Boole a donc mis son mari au lit avant de le tremper d’eau glacée.

On revient de loin, non ?

Pour plus d’information, lisez notre FAQ sur les alertes booléennes.

 

Essayez les vous-même !

Pour découvrir comment les alertes Booléennes de Mention peuvent vous aider à garder l’oeil et le bon sur votre marque et vos concurrents, échangez avec un de nos experts dès maintenant :

opérateurs booléens

Subscribe to Marketing + Monitoring Weekly

Get hot blog posts, insanely useful resources, and funny gifs every Friday.