Comment devenir Community Manager freelance en 10 étapes ?

Comment devenir Community Manager freelance en 10 étapes ?

Home Blog Comment devenir Community Manager freelance en 10 étapes ?

En 2022, 58,4 % des habitants de notre planète utilisent activement les réseaux sociaux. Face à cet engouement, impossible pour les entreprises de ne pas être présentes sur Facebook, Instagram, TikTok, Pinterest ou encore YouTube. 

Pourtant, contrairement à une croyance populaire, développer et animer une communauté sur ces plateformes ne s’improvise pas. L’heure est donc aux Community Managers, aux Social Media Managers, Social Media Strategists et autres Gestionnaires de Communautés Web professionnels !

La bonne nouvelle ? Le métier de Community Manager peut être pratiqué en freelance, un statut synonyme d’autonomie et de liberté. En France, en 2021, 17 % des CM auraient d’ailleurs fait le choix du freelancing. Alors, pourquoi pas vous ? 

Vous souhaitez, vous aussi, vous lancer en tant que Community Manager freelance ? Découvrez notre plan d’action en 10 étapes pour devenir CM freelance. Formation, statut juridique, offre, tarifs, clients, etc. : la profession ou Social Media Manager indépendantn’aura plus de secret pour vous ! Suivez le guide. 

Table des matières :

# 1 Se renseigner à propos du métier de Community Manager freelance 

Félicitations, si vous lisez ces lignes, cette première étape ne devrait être pour vous qu’une formalité ! 

Qu’est-ce qu’un Community Manager ? 

Avant d’aller plus loin, rappelons brièvement la définition du métier de Community Manager. 

Un CM est un expert en social media marketing. Son rôle est de gérer et d’animer les réseaux sociaux d’une entreprise, d’une association ou d’une administration afin de permettre à cette dernière de gagner en notoriété sur internet. 

Le Community Manager est également dénommé Social Media Manager ou Gestionnaire de Communautés Web

Quelles sont les missions d’un Community Manager ? 

Souvent décrit comme un « couteau suisse », le Community Manager assure une gamme plus ou moins large de missions, en fonction de ses compétences, de sa spécialisation et des besoins de ses clients. 

De manière générale, un CM conçoit différents types de contenus (textes, photographies, vidéos, infographies… etc.) et les publie sur les réseaux sociaux. Il répond également aux commentaires postés par les internautes et modère leurs réactions. Mais ce n’est pas tout. 

Décidément polyvalent, le CM peut aussi être chargé d’organiser des concours et des webinaires, de créer des campagnes publicitaires pour les réseaux sociaux (Facebook Ads et Instagram Ads par exemple) ou encore de piloter les relations avec des influenceurs

Enfin, le Community Manager analyse ses actions et établit des reportings destinés à ses clients. Il peut par ailleurs concevoir une stratégie marketing pour les réseaux sociaux des marques avec lesquelles il collabore. On le dit alors Social Media Strategist. 

Quelles qualités faut-il pour devenir Community Manager freelance ? 

Pour devenir Community Manager freelance, il est nécessaire d’avoir différentes soft skills

  • La créativité, le sens esthétique et la curiosité sont indispensables pour produire du contenu au quotidien.
  • Une grande aisance rédactionnelle, couplée à une orthographe, une grammaire et une syntaxe irréprochables, est une condition sine qua non pour représenter une marque sur les réseaux sociaux. 
  • Enfin, une bonne dose d’empathie et de sang froid est nécessaire pour interagir avec bienveillance et gérer sereinement les éventuels bad buzz.

Lorsqu’il est en freelance, le CM doit également posséder des qualités propres à tout entrepreneur telles que l’autonomie, le sérieux, la persévérance et la réactivité. Il doit en outre faire preuve de polyvalence afin d’endosser de multiples casquettes d’un indépendant : commercial, comptable, responsable administratif, etc. 

Quels sont les avantages du métier de CM indépendant ?

Le métier de Community Manager freelance a de quoi séduire. Passionnant pour qui s’intéresse aux réseaux sociaux, il offre également une grande liberté. 

Et pour cause, un indépendant peut choisir ses missions, décider de son lieu d’exercice (home office, coworking, chez le client, chalet à la montagne, etc.), organiser son temps comme il l’entend, fixer ses propres tarifs et faire évoluer son poste en fonction de ses aspirations. 

Ce mode de travail conviendra particulièrement aux profils introvertis ; à ceux qui fuient les réunions à rallonge et les open spaces ; aux grands voyageurs ou encore à ceux qui ne supportent pas les heures perdues dans les transports en commun. 

Vous vous reconnaissez dans ce profil ? Passez à l’étape suivante ! 

# 2 Se former pour devenir Community Manager indépendant

Le métier de Community Manager est une profession libérale non réglementée. Il est donc possible de devenir CM sans diplôme

Pourtant, en pratique, selon une enquête menée par le Blog du Modérateur, 90 % des Community Managers ont au moins un niveau Bac +3, soit l’équivalent d’une Licence. Et près d’un CM sur deux possède un diplôme de niveau Bac +5. 

Quelles compétences acquérir pour devenir CM freelance ? 

Et pour cause, pour se lancer en tant que Social Media Manager freelance, donner satisfaction à ses clients et vaincre le syndrome de l’imposteur, il est nécessaire de disposer d’une large palette de savoir-faire :

  • Maîtrise des réseaux sociaux, de leurs règles internes et de la législation applicable ; 
  • Connaissances en digital marketing et en communication ; 
  • Maîtrise de la langue française et de la rédaction web ; 
  • Maîtrise des outils de veille comme Mention et Feedly ; 
  • Maîtrise des outils de gestion des réseaux sociaux tels que Hootsuite, Swello et Agorapulse ;
  • Maîtrise des outils de reporting et d’analyse à l’image de Google Analytics ; 
  • Maîtrise des outils de création de contenu tels que Canva, Photoshop et Indesign ; 
  • Maîtrise des logiciels de gestion de projet et de travail partagé à l’instar de Slack, Notion ou encore Trello ; 
  • Etc. 

Quelle formation suivre pour devenir Community Manager ?

Par chance, il existe de nombreuses voies pour se former au Community Management. Selon le Blog du Modérateur :

  • 42 % des CM étudient au sein d’une école de communication, de commerce ou spécialisée dans les métiers du web ; 
  • 31 % des CM fréquentent les bancs de l’Université dans des filières telles que la communication et le journalisme, le marketing, les sciences humaines et sociales et les lettres et les langues ; 
  • 23 % des CM cumulent deux parcours : dans le privé et à la faculté. 

Il est par ailleurs possible d’apprendre le métier de Community Manager de façon autodidacte, sans passer par un cursus classique. 

Des plateformes telles que Coursera, Udemy, OpenClassrooms, LiveMentor, Hubspot Academy, Skillshare, CreativeLive ou encore LinkedIn Learning permettent d’acquérir des compétences dans le domaine du webmarketing, de la création de contenu, voire de s’initier directement au métier de Community Manager. 

Les chaînes YouTube et sites spécialisés, à l’instar du blog de Mention , du « Journal du CM » ou du « Blog du Modérateur », sont également des sources d’information de choix en vue d’actualiser vos connaissances. 

Par ailleurs, pour apprendre, rien de tel que de se former auprès des meilleurs. Certains CM confirmés proposent ainsi leurs propres coachings et cours en ligne. Pensez aussi à suivre le travail de CM expérimentés sur les réseaux sociaux afin de les prendre en exemple. 

Enfin, une première expérience au sein d’une agence de communication ou auprès d’un annonceur est un « plus » en vue d’enrichir vos compétences et de renforcer vos soft skills (travail en équipe, communication interpersonnelle, négociation, etc.). 

# 3 Déterminer sa cible et son offre en tant que Community Manager freelance 

Vos compétences maîtrisées et vos connaissances bien en tête, il est temps de marketer votre service. 

De l’importance de bien identifier son client idéal 

Avant tout, assurez-vous d’avoir une cible bien déterminée. 

En clair, sachez avec quel type de client vous souhaitez travailler. Maisons de mode de luxe, PME locales spécialisées dans le développement durable, grands groupes agroalimentaires, e-commerces commercialisant des équipements sportifs, municipalités ou encore agences de publicité : vous avez l’embarras du choix ! 

Mais souvenez-vous : il est préférable de ne pas courir plusieurs lièvres à la fois, au risque de n’en attraper aucun !

Concevoir une offre claire et différenciante 

Ensuite, pour décrocher des contrats en tant que Community Manager Freelance, vous devez avoir une offre claire et différenciante. Vos clients doivent en effet pouvoir cerner en un clin d’œil quel est la nature de vos services et quelle est votre valeur ajoutée. 

Pour se distinguer de la concurrence et fournir des prestations de qualité, il est habituellement recommandé de se spécialiser. L’idée ? Devenir l’expert de référence dans votre niche. Votre terre d’élection peut être un réseau social, une thématique et/ou un secteur spécifique. 

Votre promesse commerciale pourra par exemple être d’aider les startups du secteur de l’Esport à gagner en visibilité sur Instagram ; ou bien d’accompagner les PME du secteur de la food qui souhaitent se faire connaître sur TikTok. 

Les possibilités sont infinies ! À vous de déterminer votre offre en fonction de vos compétences, de vos appétences et de la demande du marché ! 

# 4 Fixer ses tarifs de Social Media Manager freelance 

Une fois votre offre et votre cible identifiées, il convient de déterminer les tarifs que vous serez amené à proposer à vos futurs clients. 

Les clés pour déterminer votre Tarif Journalier Moyen (TJM)

En premier lieu, déterminez votre tarif journalier moyen (TJM pour les intimes). 

Pour cela, référez-vous aux prix pratiqués par des CM ayant une offre proche de la vôtre et disposant d’une expérience et d’une formation similaires. Vous pouvez par exemple consulter les profils des membres de la plateforme de freelancing Malt. 

À titre indicatif, selon Malt, en 2022, le TJM d’un Community Manager débutant (de 0 à 2 ans d’exercice) est de 223 euros. Mais attention, les tarifs varient grandement en fonction de l’ancienneté, de la spécialisation ou encore du lieu d’implantation. Ainsi, le TJM des CM fluctue entre 120 euros, pour novices, et plus de 810 euros, pour les plus confirmés. 

Un aperçu des tarifs moyens pratiqués par les CM freelances sur Malt
Un aperçu des tarifs moyens pratiqués par les CM freelances sur Malt

Tarifs trop bas : attention, danger

Veillez à ne pas vous brader. 

Vos tarifs doivent vous permettre d’assumer vos différentes charges (impôts, matériel, transport, coworking, comptable, frais de portage, etc.) et de vous rémunérer décemment

De plus, des prix au rabais risquent de nuire à votre image de marque. Pire encore, une grille tarifaire dérisoire pourrait attirer des clients peu soucieux de la qualité du travail fourni et des rapports humains. 

Tarification sur devis ou grille forfaitaire 

Une fois votre TJM établi, vous pourrez dresser des devis personnalisés, en estimant le temps de travail nécessaire pour effectuer la mission souhaitée par votre client. 

Vous pourrez également mettre en place une grille tarifaire générique et proposer vos services au forfait (par exemple : trois posts pour X euros). Pour rester rentable, tâchez néanmoins de prendre en compte la durée requise pour atteindre chaque résultat et référez-vous à votre TJM afin de fixer vos prix. 

#5 Choisir son statut juridique en tant que Community Manager freelance 

Votre proposition commerciale et votre TJM en poche, il est désormais temps de donner une existence juridique à votre future activité de Community Manager freelance. Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à vous. 

Le métier de CM indépendant peut en effet être exercé sous différents statuts, présentant chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Il convient par conséquent de choisir la forme sociale qui répondra le mieux à vos contraintes, à vos aspirations et à vos besoins

Pour vous aider à trancher, étudions brièvement les principales options à votre disposition : 

La micro-entreprise (ex-auto-entreprise), pour débuter en tant que CM indépendant

La micro-entreprise (ex-auto-entreprise) est un statut juridique particulièrement adapté aux freelances débutants. Il s’agit en effet d’une entreprise individuelle (EI) bénéficiant d’un régime fiscal, d’un régime social et d’obligations comptables simplifiées. 

Cerise sur le gâteau, l’auto-entreprise est aussi simple à créer qu’à gérer. Il est en effet possible d’immatriculer une micro-entreprise gratuitement en se rendant sur le site officiel autoentrepreneur.urssaf.fr

Mais attention, pour profiter du régime de la micro-entreprise, votre chiffre d’affaires annuel hors taxes doit être inférieur à 72 600 euros. 

Par ailleurs, ce régime est peu protecteur. En effet, il donne un accès limité au chômage et, sauf exception, ne protège pas le patrimoine personnel de l’entrepreneur des créanciers.

Enfin, en auto-entreprise, il n’est pas possible de déduire ses charges (déduction forfaitaire) ce qui rebutera les CM qui enregistrent de nombreuses dépenses professionnelles (transport, internet, logiciels, coworking, assurances, honoraires des prestataires, etc.). 

La SASU et l’EURL, des sociétés unipersonnelles pour Community Manager freelance confirmé 

L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) et la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU) sont des sociétés créées par un associé unique. 

Ces deux formes sociales présentent plusieurs atouts. En EURL comme en SASU il est en effet possible de réaliser un chiffre d’affaires illimité et de déduire ses charges de son résultat imposable. 

Par ailleurs, en société, le patrimoine personnel de l’entrepreneur et celui de l’organisation sont séparés, de sorte que (sauf exception) le premier ne peut être saisi par les créanciers de l’entreprise. 

À rebours, l’immatriculation d’une EURL ou d’une SASU peut être onéreuse et réclame l’accomplissement d’une série de formalités juridiques et administratives (rédaction des statuts, dépôt du capital social, demande d’immatriculation au Greffe, etc.). 

De plus, la gestion administrative et comptable d’une EURL ou d’une SASU s’avère relativement lourde. Le recours à un expert-comptable est quasi incontournable. 

Le portage salarial ou la CAE : pour se lancer en tant que Community Manager l’esprit léger

Les sociétés de portage salarial et les coopératives d’activité et d’emploi (CAE) sont des solutions souvent méconnues des freelances. Il s’agit pourtant d’options avantageuses, combinant les avantages du salariat à ceux de l’indépendance

Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit en effet de signer un contrat de travail (CDI) avec une organisation qui prendra en charge les aspects juridiques et administratifs de votre activité (comptabilité, paiement de vos cotisations sociales, contractualisation, etc.). 

Simple à mettre en œuvre, cette solution est aussi sécurisante. Les indépendants « portés » bénéficient en effet du chômage et accèdent plus facilement au logement (location comme prêt immobilier). 

Seule ombre au tableau, le portage salarial est réservé aux freelances justifiant de 3 ans d’expérience dans leur domaine d’activité ou d’un diplôme de niveau Bac +2 minimum dans leur domaine d’activité 

# 6 S’équiper et s’assurer pour lancer son activité de CM freelance 

Avant de vous lancer dans la grande aventure du freelancing, pensez à vous équiper. 

Matériel technique 

Un bon ordinateur et un smartphone vous seront bien entendu indispensables pour exercer en tant que Community Manager indépendant. Peut-être souhaiterez-vous également investir dans un appareil photo professionnel afin de créer du contenu qui en jette. 

Mais votre liste de fournitures ne s’arrête pas là. 

Logiciels et applications 

Passez en revue les logiciels auxquels il vous faudra vous abonner, ceux que vous pourrez utiliser dans leur version gratuite, et ceux qui seront pris en charge par vos clients. N’oubliez pas les applications de facturation et de comptabilité comme Freelancer.app, Freebe ou Indy. 

Capture d’écran de l’outil Freebe
Capture d’écran de l’outil Freebe

Compte bancaire 

Vous devrez par ailleurs disposer d’un compte bancaire dédié à votre activité. L’ouverture d’un compte bancaire est obligatoire, excepté pour les micro-entreprises réalisant moins de 10 000 euros de chiffre d’affaires annuel. 

Certaines banques comme Shine, Qonto ou encore Blank proposent des comptes pro et des services particulièrement adaptés aux besoins des freelances

Assurances 

Pensez enfin à vous assurer et à assurer votre activité et votre matériel. 

Une assurance responsabilité civile (ou RC Pro) semble indispensable pour se lancer en tant que CM freelance. Cette dernière prendra en charge les préjudices subis par vos clients du fait de vos éventuelles erreurs (on n’est jamais trop prudent, surtout au début !). 

Des assureurs tels que Wemind et la MAIF proposent des offres dédiées aux indépendants.

# 7 Trouver ses premiers clients en tant que Community Manager freelance 

Stratégie commerciale : OK ! 

Statut juridique : OK ! 

Équipement : OK !

Vous y voilà, vous pouvez désormais vous lancer dans le grand bain et trouver vos premiers clients en tant que Community Manager freelance

Pour décrocher vos premières missions en tant que CM indépendant, plusieurs solutions s’offrent à vous. En voici quelques-unes : 

Développer sa marque personnelle sur les réseaux sociaux, un incontournable pour tout Community Manager freelance

Par chance, en tant que Community Manager freelance, vous maîtrisez l’art et la manière d’être visible sur les réseaux sociaux. Profitez-en !

Faites toute la démonstration de vos talents en utilisant vos plateformes pour vous faire connaître auprès de votre cible. 

Créez du contenu et animez votre compte Instagram, votre page LinkedIn ou encore votre chaîne YouTube afin d’en faire les meilleurs véhicules de votre personal branding. À vous de jouer ! 

N’hésitez pas à compléter votre présence sur le web par la création d’un site. Ce sera l’occasion de capter des clients potentiels via le référencement naturel et de partager vos références.

Les plateformes de freelancing, idéales pour les freelances débutants

Les plateformes de freelancing sont des places de marché sur lesquelles clients et indépendants sont mis en relation. 

Il existe une grande variété de plateformes avec chacune leurs spécificités. À vous de choisir entre Malt, Fiverr, Upwork ou encore Crème de la Crème. 

Cette solution conviendra aux CM débutants qui ne se sentent pas à l’aise avec la prospection et ne disposent pas encore d’une marque personnelle forte. 

Seul hic, sur les plateformes, la concurrence est parfois rude.

Un aperçu du site Crème de la Crème
Un aperçu du site Crème de la Crème

La prospection, la botte secrète des CM freelance confirmés 

La prospection a mauvaise presse, pourtant, il s’agit de l’un des moyens les plus efficaces pour trouver votre client idéal

Le principe ? Faire quelques recherches afin d’identifier des organisations correspondant à votre cible et les contacter de manière personnalisée par email, par téléphone ou, bien entendu, via les réseaux sociaux. 

Une fois le contact établi, interrogez-les sur leurs besoins et de leur présenter votre offre si cela s’avère pertinent. Simple et efficace. 

Le bouche-à-oreille, le joker des indépendants expérimentés 

De nombreux Community Managers se lancent en freelance après avoir exercé au sein d’une agence ou chez l’annonceur. 

Si tel est votre cas, pensez à faire jouer votre réseau. Informez vos anciens collègues et clients de votre nouvelle activité et demandez-leur des recommandations

De cette façon, vous décrocherez des missions bien plus rapidement ! 

Le post Linkedin d’une community manager annoncant son lancement en freelance
Le post Linkedin d’une community manager annonçant son lancement en freelance

# 8 Onboarder ses premiers clients en tant que CM freelance 

Vous vous apprêtez à signer votre premier client en tant que Community Manager freelance, félicitations ! Pour avoir l’air du professionnel que vous êtes, pensez à respecter certaines étapes clés. 

L’indispensable devis signé 

Pensez tout d’abord à rédiger un devis détaillé ou contrat avant chaque nouvelle mission. 

Surtout, ne commencez pas à travailler avant d’avoir obtenu une signature de la main de votre client. Vous éviterez ainsi de nombreuses déconvenues. 

Soyez ferme sur ce point et, en cas d’impayé, tournez-vous vers une fintech spécialisée dans le recouvrement telle que Gcollect. 

Vous pouvez également vous sécuriser à l’aide d’un contrat de freelance.

Créez votre propre procédure d’onboarding

Avant de débuter votre prestation, collectez toutes les informations utiles auprès de votre client (codes d’accès aux différents outils, charte éditoriale, calendrier de publication, etc.). Vous éviterez ainsi les aller-retour et les pertes de temps. 

Pour ce faire, préparez un « questionnaire » type à l’intention de vos clients et créez un fichier partagé contenant tous les documents nécessaires à chacune de vos collaborations. 

# 9 Organiser son planning de Community Manager indépendant 

L’indépendance est synonyme de liberté, mais aussi d’autonomie et de responsabilités. Pour faire face à toutes vos obligations tout en ménageant votre productivité, veillez à vous organiser. 

Pour ce faire, divisez votre temps de travail entre : 

  • vos missions de Community Management
  • votre veille
  • votre formation
  • l’animation de vos propres réseaux sociaux
  • la recherche de nouveaux clients 
  • et l’accomplissement de vos tâches administratives

# 10 Développer son activité de Social Media Manager freelance 

Vous voilà devenu un véritable Community Manager indépendant. Désormais, il convient de développer votre activité afin de l’inscrire dans la durée. 

Actualisez vos compétences 

En premier lieu, n’oubliez pas de vous former régulièrement afin d’actualiser vos compétences et vos connaissances en matière de Community Management et dans votre domaine de spécialisation. 

Tirez profit de vos expériences passées 

Ensuite, pensez à enrichir votre portfolio au fil de vos missions et, si possible, à réaliser des « cas clients » chiffrés que vous pourrez présenter à vos nouveaux prospects

Souvenez-vous par ailleurs qu’un client satisfait vaut mille publicités. Ainsi, soignez toujours vos missions, demandez du feedback pour vous améliorer, peaufinez vos offboardings, et sollicitez des témoignages et des recommandations auprès de chacun de vos clients. 

Créez un réseau professionnel 

Enfin, entretenez le contact avec vos clients fidèles, mais aussi avec vos pairs. Lorsque vous êtes débordé, n’hésitez pas à recommander d’autres CM de confiance. De cette façon, vous bâtirez un solide réseau et gagnerez la reconnaissance de vos clients. 

Devenir Community Manager freelance : le mot de la fin

Embrasser le beau métier de Community Manager freelance demande une pincée de détermination, une bonne dose de méthode et un peu de patience

Suivre les 10 étapes présentées ci-dessus vous permettra de lancer votre activité de Social Media Manager indépendant dans les meilleures conditions. Bonne chance !

Share this post
Grégoire d'Aboville

Grégoire d'Aboville est Head of Growth chez Jump. Jump a pour ambition de sécuriser et simplifier le quotidien des freelances.

Guest Blogger @Mention